dimanche 31 mars 2019

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Belley en travaux





Le chantier programmé d’avril 2018 à novembre 2019 concerne le clocher et des chapelles latérales.
Le coût pour une restauration qui va de la statuaire sommitale aux marches du parvis en passant par les vitraux, les dalles de couverture des chapelles etc. s’élève à 2 917 000 €.
Il y a presque deux siècles des travaux encore plus importants furent entrepris avec la démolition du clocher et des nefs.




A l’époque Belley et Bourg-en-Bresse se disputent le siège du nouveau diocèse. Certes les bressans forcent le trait mais il est vrai que les exactions révolutionnaires, le tremblement de terre de 1822 ainsi que la démolition de l’église paroissiale Saint-Laurent qui jouxtait la cathédrale côté sud ont compromis la solidité de l’édifice.

En 1835, Chenavard l’architecte lyonnais est mandaté pour les travaux. La façade est démolie et le 3 novembre de la même année débute le creusement des fondations
Témoignage d’époque du chanoine Robert « A huit pieds une épaisse couche d’ossements humains révéla l’existence manifeste d’un ancien cimetière avec beaucoup de débris de chapiteaux, tronçons de colonnes… »


Si de nombreux débris furent remployés dans la maçonnerie des fondations, des chapiteaux corinthiens épannelés (notre photo), des colonnes en calcaire de Coron ou de Contrevoz ont été longtemps stockés dans le jardin du palais épiscopal où ils devraient être réintégrés prochainement avec d’autres vestiges gallo-romains.



D’autres colonnes en conglomérat de Bourdeaux ont été trouvées dans les fondations du clocher ; dressées aujourd’hui, dans le dit jardin elles ont été identifiées par Denis Rival.



La restauration actuelle concerne le nettoyage des pierres de taille, le remplacement de certaines pièces telles les 16 statues sommitales.
Notre photo : balustrade restaurée.


Une des 16 statues ornant la tour-clocher avant restauration. Elles représentent des saints de notre région (saint Domitian dont le souvenir demeure à Saint-Rambert-en-Bugey, saint François de Sales évêque de Genève, saint Arthaud fondateur de la chartreuse d’Arvières …) et des évêques du diocèse (Audax premier évêque de Belley, Ponce du Balmay, Anthelme de Chignin, Jean-Pierre Camus…).



A gauche l’original qui restera exposé dans la cathédrale, la copie à droite sera replacée au sommet du clocher. Ces deux statues de plus de deux mètres représentent J.P. Camus l’évêque-romancier ami de François de Sales, d’Honoré d’Urfé auteur de l’Astrée, seigneur de Virieu-le-Grand, et du président du sénat de Savoie Antoine Favre. Pour le professeur Max Vernet, Camus est un des plus grands écrivains du XVIIe siècle.


Dernier regard nostalgique sur la cathédrale rénovée par Antoine Chenavard pour la somme de 190 000 francs de 1841 avant de découvrir, en fin de cette année 2019, la nouvelle restauration.
Cette photo de Demay a été prise avant 1887 date de la destruction de la chapelle des Pénitents que nous apercevons sur la gauche de l’image.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire