samedi 2 janvier 2016

Les bacs à traille du Haut-Rhône

Au XVème siècle, on nomme « port » tout lieu où on peut traverser le Rhône en barque ou en bac.
À l’époque, on compte entre Seyssel et Lyon 43 ports pour 150 Km, dont 17 trailles, une tous les 9 km.(D’après J. Rossiaud : "le Rhône au moyen-âge").

La traille est une grosse corde de 150 à 250 mètres pesant de 7 à 18 quintaux. Elle dure deux ans. On la baisse au passage des convois.

Le traillon est relié à la traille par une « grenouille » (deux poulies solidarisées par une chape).

Placé à bâbord ou à tribord, le traillon permet de donner au bateau une obliquité par rapport au courant et une force motrice.

Exhumation de la plate Bourgey à Saint-Benoît en 2009

En 1940, l’armée française ayant détruit les ponts, les bacs à traille furent rétablis.

Ici sur la commune de Brens, le bac de Chantemerle.

Jean-Michel FERBER

Voir aussi :

  • Les bacs à traille du Bugey
  • André Juillard : "Haut-Rhône – l’empreinte ancestrale d’un fleuve" (2012)
  • Aucun commentaire:

    Publier un commentaire