samedi 3 octobre 2015

Le monument aux morts de Belley

La guerre est finie !
Le 133e régiment d’infanterie de Belley se trouve en Belgique à l’annonce de l’armistice.
Le 22 novembre 1918, il entre dans Bruxelles sous les ovations d’une foule en délire.
Après un séjour à Beauvais, en janvier 1919, le régiment est affecté à la surveillance de la frontière franco-suisse : Morez, Divonne-les-Bains, Ferney-Voltaire (photo), Saint-Julien-en-Genevois et Thonon-les-Bains.
C’est le dimanche 24 août 1919 que le 133e fait son entrée à Belley.
Un arc de triomphe est érigé Grande Rue.
Une foule immense et silencieuse accueille le régiment : toutes les pensées vont aux 2000 officiers, sous-officiers, caporaux et soldats "tués à l’ennemi".
Le 12 septembre 1920, le Conseil crée une commission chargée d’organiser la souscription et la construction du monument aux morts, présidée par Me Noël Dominjon.
La construction des monuments aux morts de la guerre 14/18 est un phénomène exceptionnel par son ampleur, sa rapidité et sa généralité.
Le monument est une tombe symbolique implantée dans un espace public avec suffisamment de place pour un rassemblement.
C’est un lieu de commémoration et de reconnaissance où l’on rappelle la dette des vivants envers les morts.
Ce n’est pas un monument à la victoire, mais un monument aux morts.
De vifs débats animent le Conseil municipal quant au choix de l’emplacement du monument.
Certains veulent l’implanter à la place des escaliers au début du Promenoir.
D’autres, dont le maire, souhaitent créer une grande place, arracher des arbres et reculer le Promenoir.
Le 12 novembre 1920 le Conseil accepte le projet de l’agrandissement de la place du promenoir.
Le 8 avril 1922, après délibération, le Conseil accepte l’offre de Monsieur Pacaud, entrepreneur à Belley, pour faire les travaux d’aménagement de la place.
Le 24 juin 1922, le Conseil décide de transporter la fontaine de la rue des Capucins au square de la gare, à la place du bac existant. La nouvelle place prend le nom de Place de la Victoire, préféré à Place du Souvenir.
La fontaine démontée lors de la construction du rond-point de la Gare (2004), gît en pièces détachées et numérotées dans l’entrepôt des anciens abattoirs en attendant un nouvel emplacement.
On confie la conception du monument à l’architecte Tony Ferret et la sculpture en bronze à André Vermare (on lui doit aussi le buste de Brillat-Savarin).
Belley a voulu un monument grandiose, environ 30 mètres de large et une stèle centrale de huit mètres de haut.
La pierre provient des carrières de Villebois.
La posture du poilu de Belley reprend le thème du "On ne passe pas"
Le dessin de Scott qui paraît à la une de L'Illustration le 8 août 1914, évoque les troupes de couverture des Vosges dont fait partie le 133e
.
Il devient un des symboles de la première guerre mondiale.
31 mai 1924 - Le Conseil « fixe au dimanche 13 juillet 1924 la date d’inauguration du monument aux Morts et ouvre pour cette cérémonie un crédit de 10 000 mis à la disposition du comité d’inauguration ».
« En prévision de l’inauguration prochaine du Monument aux Morts, le Conseil décide que le Comité du monument se chargera de faire photographier le monument et d’en tirer le plus de ressources possibles par la vente de cartes de ces photographies et principalement le jour de l’inauguration ».
(Délibérations du 8 mai 1924)
Le 6 septembre 2014, une plaque est apposée sur le monument pour rappeler le départ du 133e R.I. vers les Vosges. Il sera le premier régiment français à passer la frontière allemande (7 août 1914).
A cette occasion, le drapeau du 133e, déposé aux Invalides, est transporté à Belley, accompagné de sa garde d’honneur.
Un autre monument, plus discret, un peu oublié des belleysans, commémore le départ des trois régiments de Belley.
Pour le cinquantenaire, le 2 août 1964, il est déplacé du cimetière de la Bouvardière vers son emplacement actuel.
… A 11h45 Me Chastel, maire de Belley, découvre la stèle érigée boulevard du 133e

Christian Perrais

Aucun commentaire:

Publier un commentaire