samedi 7 février 2015

L’église prieurale de La Burbanche

Le village de La Burbanche est situé dans la cluse des Hôpitaux sur la grande voie de circulation, route et chemin de fer, d’Ambérieu-en-Bugey à Culoz. C’était déjà le tracé de la voie romaine Lugdunum(Lyon) à Condate (port au confluent du Fier et du Rhône) près de Seyssel.


En 1037 douze gentilshommes du Bugey font don d’une terre située à La Burbanche en faveur des moines de Savigny et signent en présence d’Aymon évêque de Belley et du comte de Savoie.

Les sceaux de Vuldric Thurembert…en présence de l’évêque Aymon et devant le seigneur comte Humbert et son fils Amédée…Ils firent don de toute la terre qui jouxte ce lieudit Wuilbaenchies (La Burbanche) ».

Extrait du cartulaire de l’abbaye de Savigny (abbaye de l’ouest lyonnais).


Carte établie vers 1800 à partir des documents moyenâgeux.
Les bornes originelles, limites des possessions des moines de Savigny (dans les cadres rouges), seraient de nos jours encore présentes.




Et c’est ici que les moines construisent un prieuré en un lieu pas vraiment défini mais on peut raisonnablement penser que l’ancienne église en était un vestige.


Vue des chapelles latérales, l’entrée de l’église était au niveau de la personne sur la photo, le chœur s’étendait jusqu’aux monuments funéraires du fond, une sacristie jouxtait la chapelle de droite.




C’est à la demande du curé Pomet que le plan de l’ancienne église, 
dont il ne reste que les deux chapelles, a été dressé : 
Modeste église sans clocher mais surmontée d’un campanier avec une cloche sans doute couverte de chaume, humide, vétuste elle présente un danger pour les fidèles ce qui conduit à sa démolition par décision du conseil municipal du 28 décembre 1852. 














Chapelle de Saint-Jean dite de Mme Collet.

Celle-ci avait donné le terrain sur lequel est construite l’église actuelle en échange de la propriété de cette chapelle.
Mme Collet est descendante de Marin Genin qui, en 1772, avait acheté La Burbanche, partie démembrée du comté de Rossillon, à Barral de Montferra et Pierrette Parraz d’Andert.

Chapelle sous le vocable de « l’assomption de la très sainte Vierge Marie » dite aussi chapelle de La Forest du nom des anciens châtelains de Rossillon.

C’est l’examen de cette construction qui laisse supposer que l’on pourrait se trouver sur l’emplacement du prieuré de l’an mil.









Vue du cimetière entourant les chapelles de La Burbanche.


Ce cadre bucolique peut être le point de départ pour des promenades pédestres vers le hameau du Fays ou la source du Furans ou la forêt de Combe Noire.














Jean-Claude Vallet

Aucun commentaire:

Publier un commentaire