dimanche 3 juillet 2016

Meurtres sur la route d'Andert : l'affaire Peytel


Le pont d'Andert aujourd'hui


Le 1er novembre 1838, dans la nuit sur la route de Rossillon à Belley, dans un phaéton le notaire Peytel et sa femme Félicie, précédés de leur domestique Louis Rey, conduisant un chariot transportant les bagages, revenaient d’un voyage à Mâcon.
Peu après le pont d’Andert, sont retrouvés Félicie, mortellement blessée et à 658 mètres, montée de la Darde, le corps du domestique, dira l’enquête.




Peytel accompagnés des Thermet père et fils (auprès de qui Peytel a sollicité de l’aide car ils habitent à proximité du pont) arrivent à Belley.

L’historienne Magdeleine Houssay, descendante de Gaspard Martel, a bien voulu confier à ABIS une copie de ses travaux, non encore publiés, réalisés à partir de ses archives familiales qui concernent les familles Jordan, Tendret, Récamier etc.




Avant son procès, Peytel est emprisonné dans une des cellules de l’hôtel du baillage (cour intérieure de l’actuel siège de l’office de tourisme) car si, à l’époque, le nouveau palais de justice boulevard du Mail est opérationnel, la nouvelle prison n’est pas achevée.




Condamnation de Peytel le 30 août 1839, il se pourvoit en cassation, recours rejeté le mercredi 23 octobre.


Peytel jeune homme. (Dessin de Sulpice-Guillaume Chevalier dit Gavarni)

Le dessinateur Gavarni, ami de l’accusé, arriva à Bourg-en-Bresse « en poste » de Paris, dans les heures qui suivirent l’arrêt de la cour. Rejoint huit jours après par Balzac avec lequel il fit le voyage au pont d’Andert dans le but de rédiger un mémoire dans l’intérêt du condamné.


Patricia Baudoin, « Justice, presse et politique »Revue d’histoire du XXe siècle
Malgré les efforts des Gavarni, Balzac etc. Peytel sera guillotiné le 23 octobre place du Champ de Foire (aujourd’hui Champ de Mars) à Bourg-en-Bresse.


Honoré de Balzac tira un roman inspiré de l’affaire Peytel, "Une ténébreuse affaire", publié dans le journal Le Commerce, puis sous forme de livre en 1843.
La couverture ci-dessus est une réédition de 1944 aux Editions du Dauphin.



L’affaire Peytel, Perrod, 1958, Hachette
Le bâtonnier et homme de lettres lyonnais Pierre Antoine Perrod décortique en 608 pages le drame qui secoua Belley au début du XIXe siècle. Travail de professionnel qui montre les faiblesses de l’enquête et laisse planer un doute sur le déroulement de ces meurtres.

Les documents et ouvrages cités dans cet article sont consultables à Belley bibliothèque d’ABIS.

Voir : http://bugey-historique.blogspot.fr/2013/02/laffaire-peytel-ou-la-tuerie-du-pont.html

Jean-Claude Vallet

Aucun commentaire:

Publier un commentaire